Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 14:46

 



Samedi 29 août 2009 à 8h00, c’est le départ de Romans.

Le Vercors, le soleil et les cyclistes se sont donnés rendez-vous pour passer un bon moment ensemble !

J’ai choisi le parcours de 175km (3400m de dénivelé).



J’accroche le peloton de tête jusqu’à l’approche du col de Tourniol. J’ai de bonnes jambes et ne perds que peu de temps dans les premiers lacets de ce col pour remonter progressivement et accrocher de bonnes roues de coureurs habituellement plus forts que moi. J'ai attrapé le bon wagon, maintenant il va falloir bien gérer ma bonne forme pour la garder !
Saint Jean de Royan
Après la descente, on forme un groupe d’une vingtaine de cyclistes. Quelques uns nous quittent pour le parcours de 90km. On poursuit rapidement jusqu’à Saint Jean en Royans où beaucoup de coureurs préfèrent la boucle de 135km : le groupe se réduit à 5 seulement.


On discute tout en poursuivant un effort assez soutenu. Patrice T. s’échappe seul dans le col de la Machine. Je reste avec les 3 autres. La route est taillée en pleine falaise et je me régale du paysage très aérien de la Combe Laval. (photos et vidéo de l'article).





Un signaleur nous indique qu’il y a tout juste 20 coureurs devant nous… Les jambes sont excellentes et la motivation au top !




J’accélère progressivement et seul Jean Philippe A. me suit. Nous continuons la course à 2. Col de Proncel : nous apercevons Patrice T. quelques centaines de mètres à l’avant et nous comblons le trou juste au col de Lachau.

Route de Combe Laval
Nous collaborons bien et passons le col de la Rama, puis le somptueux col de la Bataille. Nous descendons prudemment en raison du vent fort, mais un groupe de 5 coureurs nous reprend et le rythme s’accélère franchement, presque trop…


Le vent de face ou de travers me fatigue de plus en plus : je commence franchement à pester car je n’avais pas anticipé une telle difficulté en fin de parcours…



Dans un faux plat montant très exposé au vent de travers, Patrice T puis Jean Philippe A. et moi-même sautons à environ 15 km de l’arrivée. Pour ma part, j’ai vraiment la « grognon-ite aigüe » : avoir fait tant d’efforts en montagne pour me faire ensuite semer dans la plaine avec cette saleté de vent…



Je suis furieux et dégoûté à la fois…

La grande forme du début de course n’est plus d’actualité, la motivation n’est plus là non plus, pourtant il faut finir. Nous collaborons nouveau à 3 et nous arrivons à Bourg de Péage.


J’arrive sur la ligne d’arrivée sans que mes 2 compagnons de course disputent vigoureusement le sprint final.



J’arrive 25 ème, Patrice T. 26 ème et Jean Philippe A. 27 ème en 5h47’13’’ sur 104 arrivants… premier quart de justesse ! (compteur : 165km à 28,4 km/h de moyenne)

Nous avons 40 minutes de retard sur les gagnants de l’épreuve : Chevalier Pierre suivi de Chavanon Jean-Luc (du ctc) et Humbert Thibaut.



Résumé du classement des Voironnais.

Petit parcours 90 km

90 - Christian Giraud       
103 - Olivier Pesenti         
154 - Fabien Brémard


Moyen parcours 138km

295 – Maurice Forcheron


Grand parcours 175km

25- Pascal Stotz

Repost 0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 10:13

Gorge de l'Infernet 

Samedi 22 Août 2009

J'effectue la grimpée "contre la montre" du barrage du Chambon à la station des 2 Alpes.
Je termine 38ème sur 87 participants en 32'17"
Le but de ma participation à cette épreuve est de faire un "déblocage".
En langage "sportif" le déblocage consiste à faire la veille de l'épreuve principale un effort intense et court (parfois fractionné) qui permet d'optimiser sa forme du lendemain.

Le soir je retrouve Gilles G. Nous mangeons copieusement des "nouilles", du riz avec un peu de sauce tomate, un peu de jambon blanc cuit et parmesan. Quelques céréales en guise de dessert !



Dimanche 23 Août 2009


Nous sommes 3 de l’ U.C. Voiron à choisir le grand parcours de 154km : Gilles G. , Laurent N. et moi-même.

Départ du Freney d’Oisans à 8h30.

Le rythme est rapide dans le faux plat remontant dans les Gorges de l’Infernet (photo à droite). Je limite un peu mon effort et recule à l’arrière du  peloton qui s’étire. Nous sommes à nouveau tous regroupés à l’approche de Bourg d’Oisans.





A la Paute, on bifurque à gauche pour prendre le col d’Ornon 

profil col d' Ornon
Le peloton explose dès les premiers lacets. Je laisse filer les plus forts et repère quelques coureurs habituellement un peu plus rapides que moi comme Laurent M. Je fais un effort pour rentrer dans sa roue et y reste jusqu’au col. Gilles G. adopte la même stratégie que moi. Laurent N. préfère grimper à un rythme moins rapide.


Le petit groupe prend environ 2 petites minutes de retard sur la tête de course qu'on ne reverra plus.

Longue descente facile et rapide pour ensuite se retrouver au pied du col de Parquetout.

profil col du Parquetout
Celui-ci est terrible (profil ci-dessus) et le groupe impose une allure soutenue à tel point que Gilles et moi perdons une petite minute sur la tête du groupe : c’est suffisant pour provoquer une nouvelle cassure définitive…

Pierre C. de l’UC Voiron nous fait un petit coucou et on s’engage dans une descente délicate sur une petite route gravillonnée.


Je choisis d’être prudent et descends donc pas trop vite. Gilles encore moins à l’aise que moi ne me suit pas.

Je le reverrai un lacet plus bas au niveau de Siévoz. On est un petit groupe, mais dans la montée du col de la Morte (Alpe du Grand Serre) chacun se retrouve isolé.


profil du col de la Morte
Je rattrape un jeune coureur de Toulon et on fait la descente ensemble. On se fait rattraper à la fin de celle-ci par quelques bons descendeurs.

Il s’en suit le long faux plat montant de Séchilienne à Bourg d’Oisans. L’entente du groupe est mauvaise, et bien qu'avoir essayé de structurer le petit groupe, ce sont toujours les mêmes qui prennent les relais. Vers Livet, alors que je prenais un relais de plusieurs centaines de mètres, seul Germain DF me suis. On limite la vitesse mais ils ne nous ratrappent pas…


Nous choisissons de bien nous organiser et nous accélérons la cadence à environ 38-41km/h sur le plat.

Sortie de Bourg d’Oisans, les premiers lacets de la grimpée de l’Alpe d’Huez me font, comme à chaque fois, grincer des dents ! Malgré un début de crampes, je reste de justesse dans la roue de Germain DF. A la Garde en Oisans, bon ravitaillement solide et liquide (même du coca-cola). Nous enchaînons sur la route des corniches de l’Oisans (photos de l’article) mais Germain DF décroche progressivement et je me retrouve une fois de plus seul…

Descente rapide au Freynet d’Oisans puis la montée finale des 2 Alpes commence.

profil grimpée des 2 Alpes
La châleur aggrave ma défaillance musculaire des jambes et j’ai du mal à tenir un bon rythme de montée : je gère mes forces et reste à la limite de la possibilité de mes jambes, dommage… je me fais rattraper et dépasser par 2 coureurs, et cela malgré avoir essayer de rester dans leurs roues. Petite consolation, j’en rattrape 3 autres dans la montée finale…

La Meije 3983m en arrière plan

L’Arrivée :
154km en 6h04’10’’ soit 25,5km/h de moyenne en 32ème position sur 132 participants. Merci à Gilles U et Yvan C de m’avoir attendu pour me féliciter de ma course.

Gilles G. arrive en 59ème position et gagne son objectif : avoir son premier diplôme d’Or sur un parcours cyclosportif long et montagneux.

Laurent N. arrive 85ème.

 

Sur le petit parcours : 3 voironnais :

Alexandre L. est 7ème à seulement 6’26’’ de la gagne, joli coup !

Gilles U. est 17ème et 1er de sa catégorie d’âge, bravo !

Yvan C. arrive 47ème.


Bon repas de salades fraîches en compagnie de coureurs qui me connaissent soit par des cyclosportives, soit par l’intermédiaire de ce blog, comme Benjamin P. qui termine bien ce grand parcours alors qu’il n’a que 21 ans !
Repost 0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 14:08

2010 : Première épreuve officielle : 100 arrivants : bravo !

2011 : seconde édition du Tour du Mont Blanc : 100 arrivants dans des conditions dantesques !

2012 : 200 arrivants ! bravo à tous !!! 


Dimanche 21 juillet 2013 :  départ des Saisies (au-dessus de Beaufort).

Logo officiel du Tour du Mont Blanc

Deux possibilités seront offertes pour cette édition 2013 ( à confirmer)

 

- la boucle la "plus facile"  323 km + 7300 de dénivelé positif, ouverte à tous.

 

- la boucle "infernale" par Champex et le col San Carlo 1971m : 340km et 8500m de dénivelé, il faut effectuer une marmotte en mons de 8h45 ou autre épreuve équivalente pour y participer.

 

temps maxi autorisé : 18h dans les 2 cas.

 

...
et ce défi deviendra peut-être le vôtre !

 

Inscription chez Sport - Communication : cliquez ici !

Le départ de la randosportive sera sonné aux Saisies le dimanche 17 juillet à 5h00

Ci-dessous, le parcours de l'organisation 2013 :

 

 

 

                                Cartes IGN             © GEOPORTAIL 2007


Le tour du Mont blanc par Champex sera reservé aux coureurs (le souhaitant) ayant atteint le second ravitaillement avant une limite horaire (à définir) correspondant environ à une Marmotte de moins de 7h45. La boucle par Sembrancher sera diminuée de 8km et de 600m de dénivelé (323km + 7300m).








           



Epreuve "test" : le 26 juillet 2009

Beaufort

Mairie de BeaufortLa veille nous arrivons au camping municipal de Beaufort. Matthieu et moi partons pour un petit tour calme.

Nous grimpons le col du Joly 1989m : magnifique vue sur le Mont Blanc !



Le lendemain, Yves P, Jean-Luc L, Matthieu J et moi-même,  partons de Beaufort à 04 h 57.



Les montées sont en rouge, les descentes en vert.      © GEOPORTAIL 2007

Il fait nuit et nous entamons le Cormet de Roselend. Un peu raide, qu'importe, c'est le début du défi...
Le Lac et les premiers rayons du soleil : il fait 4°C.

Le Mont Pourri 3779mAprès nous être bien refroidis dans la descente, nous grimpons le col du Petit Saint Bernard 2188m




Bourg Saint-Maurice dans la vallée et arrivée au col...

Col du Petit Saint Bernard 2188mLe Mont Blanc en arrière plan...
Nous quittons la France pour passer en Italie !

Déplacez la barre de défilement à droite pour voir les grandes Jorasses (et F11 pour un affichage pleine page).


Pré St DidierVillage de Pré Saint Didier et le Mont Blanc.



Sur la route près d'Aoste.

Grand Combin 4314mPremiers lacets du col du Grand Saint Bernard.
Le Grand Combin en impose du haut de ses 4314m.

Village des Mottes et la Grande Rochère 3326m

Mont Falère 3061m
1900m de dénivelé pour grimper ce géant ! Ici quelques lacets...


Très bonne route... je ralentis un peu car j'ai envie de profiter du paysage !


Route du Col du Grand Saint BernardUn paysage montagnard très imposant et magnifique...



Col du Grand Saint Bernard 2469mCol du Grand Saint Bernard 2469m, Le Grand Combin 4314m

Nous quittons l'Italie pour passer en Suisse !

Vers Orsières


Martigny : nous entamons le col de la Forclaz : il fait 30°C. Ouf, ça se rafraîchit agréablement dans la montée...

Col de la Forclaz 1526mCol de la Forclaz 1526m

Glacier du Trient. Nour repassons en France après quelques km de descente...
 

col des Montets 

Vue du Col de Montet 1461 m sur l'Aiguille Verte et les Aiguilles de Chamonix

Le Mont Blanc !

Et le glacier des Bossons !

à proximité de Saint Gervais.


Coucher de soleil lors de la descente du col des Saisies.
Nous arrivons au camping vers 20h45  : nous avons réussi notre défi tous les 4  !
323km, 7300m de dénivelé, moyenne 23,5k/h et 13h45 de pédalage...
Nous sommes ravis et bien fatigués...
Grand merci à Cathy pour son assistance toute la journée.

Repost 0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 12:13

Vendredi après-midi, départ pour chercher mon dossard n°67 !
Je me gare à Villard Reculas, et parcours 3 km sur les Balcons de l'Oisans jusqu'à Huez, puis les derniers lacets de l'Alpe d'Huez.

0

De retour à Allemond, je mange copieusement un mélange de pâtes et de riz (180g+180g déshyratés) et quelques céréales en guise de dessert.
Le matin je me réveille à 4 h, pour manger un gâteau de semoule, et dodo 1 h de plus.
5 h 15, je croque 1/3 de gâteau-sport et me prépare doucement pour rejoindre en vélo le départ de la course à Bourg d'Oisans : c'est la fanfare !



Grimpée du Col du Galibier

7 h 05, la sirène retentit et c'est le départ pour les 7000 cyclistes qui veulent en "découdre" !
Je remonte  vers l'avant du peloton géant et reste sagement dans les roues...
Certains font déjà des écarts de trajectoire dans ces lignes droites pour passer impérativement  à l'avant ! Ils pensent peut-être que la course se joue sur les premiers kilomètres plats.


Le Col du Glandon commence . J'ai des jambes moyennes en ce début de course :  je suis un peu malade (sinusite) et  la balance affiche 2 kg de trop!  Je suce les roues de Gilles U et passe le bonjour à Yvan C, Laurent C et Laurent H... En prime, le compteur  choisit de planter : ni vitesse, ni cardio, juste un chrono... Je me dis que je devrais arriver après environ 7h30 de parcours.

Après une bonne demi-heure de course, je sens la force revenir dans mes jambes. Je grimpe bien : j'arrive  au Col du Glandon après 1 h 37' 18''. Je suis 203ème avec 3 minutes d'avance sur l'année passée (j'avais mis 1 h 40').
Tiens ? Serais-je en forme ? Rien n'est joué !
0

Cette saison, j'ai effectué cette descente du Glandon deux fois à l'entraînement : pour le plaisir, certes, mais aussi pour bien repérer les passages techniques de la route tout en freinant le minimum. Stratégie payante : je rattrape un groupe qui va s'acharner à en rattraper un autre ! Deux ou trois km de plat plus loin, le trou est bouché ! Génial !!
Jean-Marie S. me rejoint en moto pour me ravitailler régulièrement.

0

0
A St Michel de Maurienne, bifurcation à droite pour déguster le plat de résistance : le Col du Télégraphe + col du Galibier !
Je commence à monter calmement et "attaque" dans la deuxième moitié du col que je passe sans difficulté  en 3 h 30 pile ! Voilà 7 minutes d'avance sur 2008 ! En théorie, le col correspond à pile la moitié de la course si aucune défaillance ne se pointe à l'horizon. Serais-je sur les bases d'un nouveau record ? Non ...
0

J'ai de bonnes jambes, et dès le panneau "Col du Galibier 17km", j'attaque sévèrement... Au Plan Lachat 1987m, il reste 8km : les lacets plus raides s'enchaînent...Dur dur... J'ai un passage à vide... Jean-Marie me soutient moralement ce qui me permet de grimper correctement ces quelques km assez raides... Je me rends compte que je n'avais même pas passé ma plus petite vitesse ! ça alors !



Massif de CombeynotLe paysage est magnifique mais il se mérite ! massif de Combeynot 3155m en face.

J'avale les derniers km du Col du Galibier et bascule : 12 minutes d'avance ! Waouh... le record est à portée de main...  je suis 129ème... Si je passe bien l'Alpe d'Huez...
Petit problème de ravitaillement : Jean-Marie n'a pas pu monter au col pour me donner de l'eau : il fallait un badge d'autorisation.... Je le saurai pour une prochaine fois...
Dans la foulée je perds mon compteur ! Au moins maintenant,  je n'ai plus aucun repère... Pfff ...


Je suis ravitaillé au bas de la Rampe des Commères. C'est un peu tard, la soif me gêne, mais il faut s'accrocher...
Rond point à l'entrée de Bourg d'Oisans, la montée "au paradis" démarre...


Je ne suis pas en super forme et n'arrive pas à embrayer correctement. J'essaye désespérément de passer un 27 dents à l'arrière... sauf que je ne l'ai pas...
Il fait chaud, c'est raide, mais c'est pas vrai... pas de  défaillance ici quand même ! Voilà que je paye ma perf du Galibier...


Jean-Marie me soutient moralement et m'arrose dans ce début de montée...J'apprends plus tard qu'il faisait 38°C dans les premiers lacets... (c'est la cause de ce terrible tirage de langue)


Après quelques lacets, j'arrive à la Garde en Oisans : le plus raide est passé et il fait chaud, mais c'est davantage supportable... Je monte régulièrement en augmentant légèrement le rythme... Le record est au bout de mes pédales...
A la bifurcation au-dessus d'Huez, Jean-Marie me passe un dernier demi bidon et file rentrer chez lui... pour éviter l'orage...



Alpe d'Huez... Je grimpe encore bien car je donne tout... mais suis cuit... Qu'importe ! L'arrivée ? C'est celle du Tour de France... Dernier effort, petit sprint et... record perso battu : 7 h 05' 04" ! Youpi !!! J'ai donc pu conserver 10 minutes d'avance sur les 12 acquises au Galibier ! J'ai  bien géré mon effort malgré la grimpée de l'Alpe d'Huez faite en 1 h 07'40"
Leçon à tirer de cette course : les indications du compteur, ou autres gadgets électroniques, ne remplaceront jamais une bonne connaissance de soi, une bonne alimentation et la force morale...
Le classement est tombé :  127ème / 5295 arrivants, 56 minutes derrière le gagnant de l'épreuve.




Repost 0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 14:30

Vendredi après-midi, Romain B. et moi-même prenons la route pour nous rendre à Beaumes de Venise dans le Vaucluse 84

Photo prise en route au-dessus du village de Puy Saint Martin





Après avoir pris les dossards (Romain le 219 et moi mon numéro préféré le 67), nous faisons un petit entraînement + photos du côté du col de Suzette et du col de la Chaîne.




Le paysage provençal est superbe ! (série de photos ci-dessous)



Le samedi matin, la sirène de la voiture ouvreuse retentit à 8h30…

J’ai la chance d’avoir une très bonne place dans le peloton de départ, et on file vers Lafare (2 photos).

Je ne lâche le peloton de tête que dans la partie finale du col de Suzette, incliné parfois à plus de 10%. Romain arrive à bien garder la tête de la course.



J'arrive avec environ une minute de retard à Malaucène. La grimpée infernale, cependant géniale, du Géant de Provence commence ! (21km et 1550m de dénivelé)

village de Lafare 

Je monte calmement les 8 premiers km et intensifie l’effort progressivement (le cœur monte au-dessus des 175). J’essaye de rester dans un groupe, mais tenir à plus de 180 puls / min pendant plus d’une heure… est difficile et je le paye souvent trop cher après… Je choisis de garder un effort soutenu, mais pas usant…


Je rejoins Romain, qui n’a pas la possibilité de valoriser son effort en raison des braquets de coursiers sur son vélo (j’ai un 34 / 25, alors que lui doit se contenter d’un 38 / 23). Il me suit de près pendant plusieurs km, mais il décroche dans le dernier tiers du Mont Chauve.



Sur les trois ou quatre derniers kilomètres de la montée du Ventoux, le vent se lève et je suis légèrement moins à l'aise donc obligé de limiter l’effort. Laurent C me dépasse, et je n’arrive pas à rester dans sa roue…Cependant, une fois de plus, je suis trop content de me trouver là-haut !


Après 1 h 30' 12" de grimpée, j’arrive au pied de la tour et je m’arrête une minute pour remplir les bidons. Je descends sur Chalet Reynard. C’est la 6ème fois que j’escalade et descends le Ventoux en compet : connaissant les virages ventés et ceux qui sont abrités, j’optimise ma vitesse et cela me permet de rattraper bon nombre de coureurs.

dentelles de MontmirailDentelles de Montmirail

A Sault, j’intègre un petit groupe bien actif qui va "boucher un trou" pour en rejoindre un autre. Je retrouve Laurent C et nous poursuivons la course sur une route vallonnée avec de petits raidillons de quelques kilomètres qui me font à chaque fois "mal" car montés en force. Je m’accroche et ça passe.


Après un nouveau passage au col de la Chaîne, on descend sur Beaumes de Venise.

Je suis 75ème/483arrivants, 135km à 28km/h de moyenne.


Ventoux coté MalaucèneLe Ventoux, montée hors catégorie, ne laisse jamais un cycliste indifférent !


Quelques minutes plus tard, Romain termine 115ème/483 ! C’est la première fois qu’il grimpe le Ventoux !

 

N’hésitez pas à visiter son blog pour lire son compte rendu

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 13:48



Samedi 23 & dimanche 24 mai 2009

Départ vendredi après-midi pour Sisteron (quelques photos) dans les Alpes de Haute Provence (04)
Je prends mon dossard (n°201) pour les deux grands parcours : 142km le samedi, 180km le dimanche. Avant de me coucher, je roule environ 20km en décontraction...

Après une bonne nuit dans la voiture, je me rends au départ, au centre ville de Sisteron.

Le coup de sifflet est donné à 07h50. Petite montée et descente sur une route étroite : cela suffit pour me faire distancer par le peloton de tête. Un groupe de "contre" se forme rapidement, mais le peloton s'éloigne de 500m environ...




La chasse infernale est lancée. La moitié du retard est récupérée à l'entrée des gorges de la Méouge ; au moment de la jonction, je n'arrive pas à tenir à l'arrière du groupe et je saute... Je rentre 500m plus loin, en raison d'un pont étroit sur la chaussée, mais je ne supporte pas non plus la relance... Encore semé ! Grrr...
On s'organise une fois de plus avec les coureurs du "contre", et ce coup-ci après 22 km de chasse, j'intègre le groupe de tête ! Ouf !
A la première occasion, je remonte dans le premier quart du peloton pour me mettre à l'abri et ne plus subir les a-coups de l'arrière susceptibles de me mettre mal à l'aise une fois de plus...


Après suivent 23km à bonne allure sur du faux plat montant... Au terme des 45 premiers km et de 350m de dénivelé positif, la vitesse moyenne est de 37,5km/h ! Séparation du petit et grand parcours :  je choisis le grand ! 

Carte du site http://www.lasisteronne.com

On grimpe le Col de Macuègne 1068m, suivi du col de l'Homme Mort 1211m où ma moyenne est encore de 33km/h et au contrôle je suis 85ème.  Le peloton explose en plusieurs petits groupes ! J'en intègre un qui sera assez agressif et bien organisé et on rattrape le groupe précédent.
Après cette chasse supplémentaire, je reste un peu plus au calme tout en prenant quelques relais... Le Signal de Lure est devant nous. A Saint Etienne les Orgues : les hostilités se déclenchent : 18km et 1080m de dénivelé.


Je me ravitaille rapidement, et je gère mon effort pour rester en vue des plus rapides du groupe. Les premiers lacets sont un peu durs, cependant je tiens bon et maintiens l'effort sur la première partie, ce qui me permet de remonter à l'avant du groupe. La température baisse agréablement ; l'effort se prolonge et je suis de mieux en mieux : Le paysage montagnard me fait pousser des ailes et l'envie de "croquer" (pour ne pas pas dire chasser) les coureurs me précédant, est irrésistible ! Après avoir fait une bonne partie de la montée avec deux coureurs de Manosque, j'accélère progressivement et je me régale.


La Durance500m avant la "bascule" (le sommet),  je rattrape deux coureurs Yves B et Thierry C (du club de Haguenau) qui m'accrochent sur la fin ; 1h08 de montée. La descente, exercice que j'apréhende toujours, se passe bien : Yves B qui maîtrise particulièrement bien cette dégringolade passe devant et impose une allure rapide. J'espèrais pouvoir me reposer à la descente : raté ! Après chaque virage une relance énergique est indispensable pour tenir dans ses roues. On rattrape plusieurs coureurs dont Fred D. du Ctc.

Durant les 15 km suivants, on engage une poursuite à un rythme d'enfer avec des relais bien organisés (de 43 à 51km/h) pour rattraper des coureurs isolés et un groupe de 3. Mais pourquoi faut-il que le vélo soit parfois aussi dur physiquement ? Arrive le sprint pour lequel ma réserve d'énergie est épuisée : j'arrive 6ème sur 10 et en 53ème position au classement général sur 415 arrivants. 4h47'43" soit 33'14" après le gagnant. Quelle belle course avec  des coureurs  souvent un peu plus costauds que moi ! 
Les 142 km annoncés sont en réalité 155km et ma vitesse moyenne de 32,2km/h.
Repos & repas, douche, repas (encore!) , parcours vélo décontract de 21 km, dessert : céréales (eh oui !) et dodo...

Dimanche matin à 07h50, c'est reparti pour une deuxième cyclo ! Je déraille dans la première montée ce qui me fait perdre la tête de course... Après m'être arrêté et avoir remis correctement la chaîne, je repars et je m'intègre dans le deuxième groupe, juste derrière la tête de la course. Après tout, c'est pas mal comme cela, mais qu'est-ce que ça me tiraille dans les cuisses ! Ce groupe reste "calme" et ne décide pas de prendre en chasse la tête de course... Tant mieux ! Je me pose quand même la question sur ma possibilité de tenir 180km sur un parcours correctement vallonné.

Après une belle proportion de plat faite à une bonne allure sans plus, les tiraillements s'estompent. Cependant le "moteur" manque un peu de dynamisme dans le col de Grêle 728m. Quelques coureurs s'échappent et je reste dans ce groupe. Il reste 130km... Je deviens progressivement confiant au sujet de ma réussite du grand parcours.

SisteronLa fin du petit parcours (commune avec le grand) passe par une méchante remontée. Je me trouve tout à l'avant du groupe avec Laurent H du club de Versailles. La bifurcation se présente au col de Mézien 814m : descente directe à Sisteron ou montée au col de Fontbelle.

Carte du site http://www.lasisteronne.com

Je me sens en forme : on y va pour 180km !
L'ascension du col se passe très bien. A peine 500m plus loin, les coureurs qui s'étaient échappés dans le col de Grêle sont rattrapés et... semés. Laurent H et moi profitons des premières défaillances des coureurs pour les ratrapper, parfois les semer et surtout former un petit groupe de 7. Ravitaillement à Authon, On passe le col de Fontbelle 1304m. A la descente le groupe s'étoffe : nous sommes une douzaine de coureurs environ...


Après une petite boucle vallonnée, on remonte au même col de Fontbelle orienté Sud. Il est 12h30 et la température est de  35°C !
Heureusement que des ambulanciers nous offrent de l'eau au passage... Laurent et moi prenons l'avant du groupe pendant plusieurs km et discutons... mais progressivement le silence s'installe alors que la route se raidit. Pour ma part, j'attends qu'un coureur déclenche les "hostilités" dans la montée. Effectivement ça ne dure pas : je saute dans les roues du "provocateur" et le groupe explose complètement...



Je m'accroche au premier sur plusieurs km, mais la chaleur m'handicape de plus en plus. Je le laisse filer et Thierry M me rattrape ; on fait le reste de la course ensemble avec une excellente entente et des relais partagés, ce qui nous permettra de bien améliorer notre classement. Ravitaillement copieux en eau au col de Fontbelle 1304m, et on file rapidement dans la descente vers Sisteron... On rattrape le coureur belge et on arrive à 3 pour l'arrivée. Il me reste juste assez d'énergie pour le sprint et je passe la ligne d'arrivée en premier sur les 3, à plus de 50km/h. Après 183km, je suis 31ème (sur 100 arrivants) en 6 h 18' 25" à 29,0 km/h de moyenne.

Ci-dessous, j'ai noté en couleur jaune les membres du Team Chamrousse et en vert les membres avec qui j'ai partagé une partie de la course.

Classement général sisteronne 338kmPour le classement général sur les 2 étapes, soit 338 km au total, je termine 22ème/73 finischers. Moyenne 30,4km/h.
Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 20:18

Dimanche 17 Mai 2009
Cyclosportive " Les Coeurs du Forez"
  dans le département de la Loire (42) à 25 km de St Etienne


Dès le départ de la course, le vent souffle fort (40 km/h) soit dans le nez ou de côté...
Après quelques km, j'ai du mal à tenir l'allure du peloton. Lors de la première grande montée, je n'arrive plus à tenir le rythme... Ce vent me bride considérablement et pas moyen de me protéger de cette fichue soufflante !
Il n'y a pourtant qu'une cinquantaine de mètres d'écart pour me mettre à l'abri derrière d'autres coureurs. Impossible de rattraper ce groupe !


S'en suit une course où la forme n'est que moyenne ; de plus je suis en permanence dans de trop petits groupes pour diminuer significativement l'effet de ce maudit vent. Un regain d'énergie en fin de parcours, soit sur les 40 derniers km, a été bienvenu.


A l'arrivée, la sanction est sévère : les 50m manquant du départ se sont transformés en 16 minutes !

Heureusement le parcours dans le Forez est très verdoyant et les villages traversés présentent de belles constructions médiévales. (châteaux, églises...)

Soleymieux

Saint Jean Soleymieux



Eglise du XII ème siècle

Magnifiques paysages verdoyants du Forez



Entrée du Village de Marols

Marols


Porche qui permet d'accéder à une magnifique construction médiévale.


Dans le bourg fortifié, il faut découvrir le manoir, le château de Valinche, l'église fortifiée mi-romane du XIIIe siècle et mi-gothique des XVe-XVIe siècles.

 



 

 

Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 14:35
We du 9-10 Mai 2009
Samedi, petit entraînement cool sur les routes du Sud de l'Ardèche...


51km de petites routes sinueuses...
Dimanche, participation à la Cyclosportive la Route des Helviens
N'ayant pas pris le temps de prendre des photos pendant l'épreuve sportive, (ça alors !) je vous fais découvrir les gorges de l'Ardèche tout en vous parlant de "ma" cyclo...



A Barjac, dans le Gard, (12 km au sud des gorges de l'Ardèche), le départ est donné à 9h30.
Une bonne centaine de participants sur le grand parcours de 152km, environ 200 sur le petit de 102km.
Après une première petite grimpée, un magnifique tracé se profile dans les gorges de la Cèze. Le rythme s'accélère significativement dans la seconde montée...

Je tiens bon les 3 premiers km en faisant le maximum pour rester à l'arrière du peloton de tête, mais la montée se prolonge sur 1 km de trop et je n'arrive plus à maintenir l'effort (coeur à 195 environ).
Un peu de regret quand même... il ne me manquait plus grand chose, j'étais quasiment le dernier à décrocher de la tête de la course...

Un groupe de "contre" s'organise; certains n'ont vraiment pas apprécié de se faire lâcher comme ça... Cela est d'autant plus méchant que l'on voit la tête de la course à quelques centaines de mètres devant...
Je m'accroche autant que je peux... mais le coeur atteint, puis dépasse les 200 battements par minute, et malgré cela, on n'arrive pas à diminuer l'écart avec les premiers.


Dans la troisième montée sinueuse, on cesse de voir la tête de la course. Le rythme est enfin un peu moins soutenu, mais je reste dans le "rouge"...
Ce bon rythme est maintenu un quart d'heure de plus, mais les premiers  nous ont définitivement semés. Le rythme se calme dans cette partie très roulante, et j'en profite pour rouler à l'abri derrière d'autres coureurs afin de récupérer, et aussi boire et manger. On contourne le Mont Bouquet ce qui permet de bien identifier la "vacherie" de l'épreuve !






A Brouzet les Ales, la grimpée particulièrement raide (jusqu'à 18%) irrégulière sur une "râpe" commence. (revêtement de chaussée en mauvais état).
On se fait rejoindre par la tête du petit peloton dans cette montée, Je n'arrive pas à les accrocher.
Arrivés au sommet, on bascule sur une route avec des gravillons ... Je me contente de suivre... tout en  me cramponnant à mon guidon. Je ne suis pas rassuré de descendre si vite sur un petite route que je ne connais pas du tout. Dans un petit replat, la roue avant dérape dans un tas de gravillons avant de reprendre adhérence pour redéraper une deuxième fois...Cependant, je ne sais pas comment, le vélo ne fait qu'un petit écart... et la roue avant reprend de l'adhérence... peut-être le fait de m'être cramponné au guidon a permis à la roue avant de garder une direction à peu près droite et de reprendre de l'accroche ? Et l'incident ne se résume qu'à une frayeur... Ouf !
S'en suit une partie roulante, menée très dynamiquement par un petit peloton. Quelques centaines de mètres derrière la tête de la course du petit parcours, on les rejoint...
La bifurcation arrive : sur une bonne cinquantaine de participants, seuls une demi-douzaine ont choisi le grand parcours. Le rythme est agréable. Première montée après la bifurcation;  on rattrape quelques coureurs.

Deuxième montée (3h20 de course) le rythme s'accélère, le groupe d'une dizaine de cyclistes se coupe en deux... Je suis à l'avant, mais je commence à payer cher mes excès du début de la course. On ratrappe des coureurs, on en sème d'autres... de justesse je reste dans ce petit groupe : on est plus qu'à 4 puis 5.


On bascule... Dernière grimpée, heureusement pas trop raide, le groupe s'étoffe à nouveau, Pierre R. termine les dix derniers km de la course avec nous... La descente est très rapide (+ de 70km/h alors que la route n'est pas raide), un peu de plat et une courte remontée pour franchir l'arrivée. Je n'ai plus de jus et n'arrive pas à sprinter... je serai 42 ème, même temps que Pierre R du Ctc.
Il était temps ! Moyenne officielle 34,2 km/h, (officieuse 33,6km/h : je n'ai que 149km pour 152 annoncés) 20'01" de retard sur le gagnant de l'épreuve : bravo à Jean-Luc C. du Team Chamrousse ! (moy 36,9km/h)
Je n'ai pas le temps de rejoindre la voiture qu'une méchante averse se produit ! Dure punition pour les cyclistes qui n'ont pas été capables d'avancer à au moins 34 km/h de moyenne !
Rémy P, arrivera trempé en 71 ème position à 32km/h de moyenne.

Sur le petit parcours, 3 autres voironais se sont battus :
Gilles G termine 17ème,  37,4km/h de moyenne : il monte sur le podium pour être récompensé de sa troisième place de caté d'âge. Bravo !
Julien C. 112ème moy 33,4 km/h
Pierre C. 134ème moy 31,7 km/h

Très belle organisation dans une région sympa !



Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 18:27


 

 

  Dimanche 19 Avril 2008


Après 230km de route depuis Voreppe, j'arrive à Apt samedi soir.
Première cyclosportive de la saison 2009 !

Pour ce premier parcours de 135km et 2350m de dénivelé, que j'estime assez facile (pas le même avis après la course), j'espère m'en sortir avec un 30 km/h de moyenne à l'arrivée.

Simiane - La Rotonde

Le Rocher d'OnglesLe Rocher d'Ongles ( après avoir pris une tenaille virtuelle pour ôter la ligne électrique ) et magnifique champ de lavandin. (route à droite du champ ci-dessous).
Un goût de Provence ! non ?


Trois heures après avoir mangé, à 9h00 : le départ est donné !
L'allure est quelque peu dynamique ; le début de saison n'est apparemment pas une excuse pour se "reposer".
Attaque directe dans la première bosse. J'intègre de justesse un peloton au sommet après être monté une première fois dans les tours (goût du sang dans la gorge) ! Ouf ! Je vais pouvoir souffler...
Ben voyons... dans les rêves seulement : à peine à l'abri, la chasse s'engage immédiatement pour intégrer un peloton quelques centaines de mètres à l'avant... je me dis: c'est toi qui sèmes ou c'est toi qui es semé... passage inévitable dans le rouge une fois de plus, heureusement le peloton est rattrapé...




La descente est particulièrement rapide sur une petite route très sinueuse qui ne me permet pas de récupérer des deux plaisanteries précédentes et un autre peloton nous précède de quelques centaines de mètres...
Il n'en faillait pas plus pour déclencher les "hostilités" : ça arrache carrément dès le premier lacet de la montée à Saint Martin de Castillon... je décroche : dommage, le premier groupe était celui de la tête de la course...
J'en profite pour regarder le paysage : superbe !
Cependant, je dois bien reconnaître que le niveau était au-dessus du mien : est-il réaliste de tenir 135km de cette première cyclo en passant à chaque montée complètement dans le rouge ? Qui a dit que le vélo était un sport facile ?

La Montagne de Lure 1826m encore bien enneigée !


Je termine la montée à mon rythme avant de me faire rejoindre par un petit groupe d'une dizaine de coureurs...
Le rythme est certes un peu moins élevé, cependant, il est surtout moins agressif : cela me permet de bien boire et manger un peu quand je suis protégé par le groupe et aussi de profiter du magnifique parcours, comme la traversée du hameau du rocher d'Ongles !
Cependant, les montées étant assez courtes, et on les grimpe rapidement : cela me fera un excellent exercice de fractionné. Je n'oublie pas de puiser ma motivation en regardant le paysage printanier coiffé par des sommets enneigés, comme la
Montagne du Lure 1826m ci-dessus.




Au point le plus haut de la course vers l'Hospitalet, je m'arrête à un ravitaillement pour remplir un bidon.
Dommage, celui-ci n'est pas prévu pour permettre aux cyclistes de se servir rapidement, après 5 minutes de "chasse patates" je rejoins le groupe avec un début de tiraillement dans les cuisses... Les difficultés du terrain sont passées...
Le vent (rarement un allié pour moi) souffle sur le retour, forcément ça aurait été trop facile ! En plus celui-ci est en partie de travers, et ce n'est pas forcément évident de bien se positionner en épi par rapport au coureur précédent... Je prends bien soin de boire et m'alimenter pour gérer mes crampes...
Apt, petite grimpée finale en haut de la ville et c'est l'arrivée ! 4h19'52" d'effort pour 31,17km/h de moyenne ! 74ème/231 arrivants, Je suis vidé !



Constat de "ma" course :
Malgré des crampes les 50 derniers km, j'ai été assez en forme pour cette première cyclosportive.
J'ai bien "tiré la langue" et je considère avoir subi la course : pas moyen de participer correctement à l'avant du groupe, j'étais sans cesse entrain de chercher un moyen de m'abriter afin de ne pas passer trop souvent dans le rouge ou de limiter les tiraillements. Je suis un peu déçu de ma 74ème place sur 231 arrivants (premier tiers de justesse).
Je suis bien content d'avoir réalisé les 31,17km/h de moyenne sur ce parcours qui n'était pas si facile que ça contrairement à ce que je pensais avant l'épreuve...
Magnifiques paysages printaniers du Lubéron et du Vaucluse.

Vue de près d'une facade du hameau du Rocher d'Ongles et lilas en premier plan

Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 21:20

Départ de Voiron jeudi 12 février 2008Porsche à 7h10
390km de route pour arriver vers 11h30 aux Issambres dans le Var




















Nous (re)découvrons la plage...


Et bien sûr, nous déposons nos valises à notre superbe hôtel !

Et allons manger ...






Vin du château St MartinBuffet d'entrées à volonté, plat chaud servi, fromage et dessert à discrétion... et bien sûr, du vin rosé ou rouge !

Délicieux !

Une fois bien rassasiés, les choses sérieuses commencent...

Nous sommes 10 coureurs de l'UCV à nous entraîner...





Trois "terribles" : Laurent, Fred et Hervé. 




Dominique, Gérard et Tristan


 

 

 

Vers 9-10h, on est tous bien habillés : même sur la Côte d'Azur il gèle ! 

Route vers le Pic de l'Ours







Olivier, Laura.




















Bien sûr nous retournons chaque midi à notre hôtel pour nous régaler...




Et après avoir repris des forces... nous allons découvrir la ville préférée du commissaire Cruchot !

La ville du "Gendarme" !


 

Saint Tropez, bien évidemment !

 

Déplacez la barre de défilement à droite pour voir le paysage complet (et F11 pour un affichage pleine page).

On remarque la chaîne de montagnes toute blanche en arrière plan.



La saison compétition vélo peut commencer ! 











Pour d'autres coureurs, elle est déjà d'actualité !
Ici la tête de course de la sixième étape du Tour Méditerranéen.

 

 

Repost 0
Published by Pascal de l' UC Voiron - dans performances - competitions
commenter cet article

F11 Pour Affichage Pleine Page

  • : Montagnes
  • Montagnes
  • : Pascal Stotz vous présente ses photos de nature & paysages de montagne : vélo, cols, compet cyclisme à l' UC Voiron, ski de rando, randonnée pédestre & alpine au Team Isère Montagne: Chartreuse, Vercors, Belledonne, Oisans, Ecrins, 2 Savoie, Suisse...
  • Contact



 

Rechercher

Compétiteur ou
sport loisir
j'ai souvent un
appareil photo 
dans une sacoche !


cliquez sur mon maillot pour découvrir l' Union Cycliste Voironnaise...  

Plaisir & performance,
découvrez l'Union
Cycliste Voironnaise :
cliquez sur mon maillot
ou le logo
UCV


cliquez sur UCV pour découvrir cette association 












cliquez pour découvrir cette association 

 

 

 

 

 

 

 


Compétition
ou loisir, 
le Team Isère Montagne

est un club de sports

de montagne.

Découvrez le en
cliquant
sur sur mon

débardeur ou
le logo TIM
 
 

cliquez pour découvrir le Team Isère Montagne 

 




























 

Cliquez sur la carte pour l'heure d'un autre pays !

 visites depuis le 23/12/2007

free counters

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog


Si vous aimez ces photos... 
Votez ! 
TOP 100 Photo NATURE (Faune et Flore)

 

Articles classés :